Regards croisés

YvesB l’avait annoncé, Marie et Luis qui ne se connaissent que depuis peu, elle peintre et lui photographe, ont eu envie de croiser leurs regards.
Mais, désolé Luis, il faut quand même dire qu’il n’y a que Marie qui a travaillé puisque les photos étaient déjà prises.IMG_4975Je ne présente pas Marie, elle nous a parlé de sa peinture ici.
Luis Cavaco, photographe, publicitaire et créateur de « L’autre agence », recevait l’exposition dans ses locaux rue Montmartre à Paris.

Ce vendredi 19 juin 2015, l’expo commençait à 19h et durait tout le week-end.

Juste avant l’ouverture, j’ai pu poser quelques questions aux artistes

Quand Marie m’avait parlé de son projet de travailler avec un photographe j’ai trouvé ça intéressant, mais je me demandais quand même, pourquoi prendre les photos d’un seul peintre, pourquoi ne pas travailler sur les photos que l’on rencontre et qui plaisent ?
En regardant les photos de Luis Cavaco j’ai commencé à comprendre que, comme moi, Marie a dû être séduite pas le regard de Luis. Il ne photographie pas de scène ou de personnage extraordinaire, mais que du banal. Mais dans le banal il a vu quelque chose qu’il veut montrer. Une forme, une couleur, un mouvement, une ambiance. La composition, le cadrage et la lumière sont alors mis au service de ce choix. Et surtout, là c’est le talent qui parle, l’ensemble est toujours harmonieux et esthétique. Devant une photo de Luis, je suis interloqué ; elle m’attire, mais quoi… Il faut patienter, parfois le titre aide à comprendre l’intention et souvent c’est drôle.
Les photos étaient présentées en 100×70, collées sur du dibond de 2mm en couleur haute réflexion.
Elles sont bien mieux mises en valeur comme çà qu’à l’écran.
Et pourtant Marie nous disait qu’elle a fait travailler son regard de peintre à partir de l’ordinateur.
Marie qui ne fait pas que du figuratif aurait pu abstraire les images de Luis et donner toute autre chose à voir. Elle donne autre chose à voir effectivement, mais respecte presque toujours le thème et les formes. Par contre, elle recompose à sa manière les harmonies et les contrastes et parfois le cadrage. Le résultat est toujours très vif et beaucoup plus dépouillé que la photo. Il ne reste que l’intention ou ce que le peintre a rendu de l’intention du regard du photographe en y ajoutant l’expression picturale de son intention, j’aime beaucoup. Finalement le regard de Marie et celui de Luis sont-ils croisés ou emboîtés ?

Les tableaux de Marie s’apprécient pleinement à côté de la photo, mais, comme les photos, ils peuvent aussi se considérer seul. La preuve, Béatrice en a acheté un.

 L’image de l’invitation

So british 100x70

Le tableau supprime les détails et rehausse le sujet par de belles couleurs vives.  La modification optique du parallélisme des ombres est reproduite sir la toile.

The kiss
The Kiss 100x70
The Kiss 100×70

Marie avait bien vu le « kiss » et l’a reproduit 2 fois en 80×60

80x60
80×60

Et en plus petit et plus coloré (40×30)  40x30